Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Tunisie mon pays!
  •  Vive la Tunisie Libre
  • Vive la Tunisie Libre

Recherche

Archives

1 mai 2008 4 01 /05 /mai /2008 20:20

Jeudi 1 Mai 2008

Linux : Il y a encore loin de la coupe aux lèvres

illustration2008050101.jpgOn dit qu’un jour, Linux sera devenu une force en entreprise. Pas seulement dans les gros serveurs Red Hat ou SuSE Linux, mais dans les postes de travail, ceux-là même qui, aujourd’hui, sont inféodés à Windows. Paraîtrait que, tranquillement, les décideurs corpo allumeront. Avec le développement et la disponibilité de solutions logicielles en ligne de type Open Source et Web 2.0, avec l’offre croissante de petits appareils de bureau peu onéreux et peu énergivores, des machines nanties d’un bon fureteur et d’une variante DeskTop de Linux, les gestionnaires cesseront de remplacer leurs PC et de renouveler leurs licences de Windows. Ils cesseront de payer des fortunes pour que leurs gens disposent de Microsoft Office et des bénéfices de SharePoint. On dit que ce jour-là, “dies irae dies illa”, leur boîte sera devenue une Entreprise 2.0 démicrosoftisée. Ouais les mecs !

illustration2008050102.jpgIl y a pourtant loin de la coupe aux lèvres ! En entreprise, le savorama Linux est l’apanage des informaticiens et des gestionnaires de réseau. Ici, c’est Apache, là, c’est le CMS en php, et ainsi de suite. Quant à la maison, Linux est le fait de ceux pour qui l’informatique est un loisir agréable. Linux, c’est “le fun”, c’est gratos et ça se bidouille. Ça permet d’apprendre, de mettre Microsoft en perspective et, parfois, de s’en débarrasser. Mais ça ne s’installe pas encore dans l’ordi de Belle-Maman ! Cela principalement pour des raisons de soutien et de socio-compatibilité.

On a beau faire état en ces pages de petites machines pas chères qui arrivent montées avec Ubuntu et autre belle variante de ce système d’exploitation (merci à vous tous, usagers de Technaute, qui en parlez et en fournissez les adresses), le marché est loin de favoriser Linux. Choisir cette plate-forme au lieu de celle de Microsoft ou d’Apple, c’est un peu brandir la croix et la bannière, sauf peut-être, en entreprise, chez les “geeks qui bizounent” dans la salle des machines. Et j’en veux comme illustration probante le magasin en ligne de Dell.

illustration2008050103.jpgCette fabricante texane est une de celles qui offrent du Linux, en l’occurrence SuSE, Red Hat et Ubuntu. Mais encore faut-il trouver ces alternatives à l’embrigadement redmondois, car, d’entrée de jeu, le site est conçu pour favoriser Windows; c’est ainsi que ça fonctionne depuis la nuit des temps; c’est dans l’entendement des choses, ça s’appelle les “Sales Channels”. Faites l’exercice avec moi. Rendez vous à la page d’accueil franco-canadienne de Dell et, en suivant la procédure induite, essayez de vous magasiner un PC de bureau (section “domicile et bureau à domicile” ou autre) sous Linux. Vous aboutissez à une page où il est possible de vous configurer un appareil à votre goût. Or, à ce qu’il semble, il est impossible de remplacer Windows par Linux. En tout cas, je ne l’ai pu; si vous y arrivez, vous êtes plus habiles que moi dans les clic-clic.

illustration2008050104.jpgJ’ai constaté que pour pouvoir acheter une machine Dell arborant l’effigie du Pingouin, il n’y avait que deux démarches possibles. La première : ajouter une barre oblique suivie du mot “linux” dans l’adresse URL initiale, soit www.dell.ca/linux. Ce faisant, on arrive à une section où on offre des PC configurés avec Ubuntu 7.10. Sauf que là, dès le départ, on se fait mettre en garde : “The main thing to note is that when you choose open source you don’t get a Windows operating system. If you’re here by mistake and you are looking for a Dell PC with Windows, please use the following link: Shop Dell PCs with Windows.” Traduit en québécois, ça donne ceci: “Mon pauvre vous, vous n’êtes pas à la bonne place, les vrais PC avec Windows sont ici“. Si, malgré cet avis, on persiste, il devient possible de se configurer une machine Ubuntu comme on la souhaite.

Ce que j’ai fait en anglais chez Dell USA avec un Inspiron 530. Ce faisant, j’ai constaté que, machine pour machine, avec exactement les mêmes composantes, la différence entre un PC sous Vista Home Basic et Ubuntu 7.10 était de 50 $US (cliquez sur les deux hyperliens qui précèdent pour voir la différence). Sachant que le premier système d’exploitation se vend normalement plus de 200 $ et que l’autre est gratuit, force m’a été de comprendre qu’il s’agissait d’une pression supplémentaire pour acheter Windows.

illustration2008050105.jpgPar contre, advenant que l’on recherche un serveur SuSE ou Red Hat, on se retrouve un peu embêté en giron Ubuntu, mais pas plus qu’il n’en faut. Je présume que si c’est ce genre de produit qu’on recherche, c’est qu’on est informaticien, “geek”, technophile et habitué au Net. Auquel cas, on sait qu’en tapant le mot “Linux” dans le moteur de recherche de la boutique en ligne, on arrivera, finalement, quelques clics plus tard, à l’info recherchée.

illustration2008050106.jpgTout cela pour dire qu’en ce qui a trait à Linux, la boutique Dell me fait penser à une boucherie halal où pour avoir de l’huile d’olive de Sfax, la verte foncée, il faut jaser avec le commerçant, s’informer de sa famille, lui parler la beauté de la Tunisie et de la région de Sfax en particulier. Dès lors, on a possiblement accès au précieux liquide qu’il cache dans sa cave, le snoreau.

Bref, oui c’est mieux qu’avant, oui Linux dispose de distributions de plus en plus conviviales et efficaces, oui il est désormais possible d’acheter des systèmes pré configurés à cette enseigne chez Dell, HP, Lenovo et consorts, oui ça chemine vers la vision décrite en intro de cette chronique, mais oui, il y a encore loin de la coupe aux lèvres !

Vous désirez commenter cet article? Connectez-vous au Visa Cyberpresse.

Partager cet article

Repost 0
Published by Tunisie mon pays!
commenter cet article

commentaires