Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Tunisie mon pays!
  •  Vive la Tunisie Libre
  • Vive la Tunisie Libre

Recherche

Archives

19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 23:38

Nicolas Sarkozy veut moderniser la déclaration des droits de l'Homme de 1789

 

Articles sur le même sujet
06-07-2007
La TVA funérailles permettra d'équilibrer les comptes de la sécurité sociale dès mi 2009
21-03-2007
Nicolas Sarkozy créera un ministère du travail et de la famille
26-10-2006
Nicolas Sarkozy décide d'élargir le fichier des empreintes ADN aux innocents


Pour mieux comprendre cet article, consultez notre dictionnaire
démocratie
marché
mondialisation
patrie des droits de l'homme



trombinoscope : notre Rédacteur SuprêmeLes derniers articles de notre Rédacteur Suprême
08-04-2008
Maintien du 1er avril férié à Désinformations.com
07-03-2008
Résultats des élections municipales : un écarteur anal pour chaque candidat UMP
26-02-2008
Nicolas Sarkozy porte plainte contre le pauvre con du salon de l'agriculture
15-02-2008
Nicolas Sarkozy s'ennuie


Après ses déclarations sur les progrès "fulgurants" des droits de l'homme en Tunisie et aussi l'analyse de la situation en Chine, "sur la route de la démocratie" selon son émissaire Jean-Pierre Raffarin, le président de la République a demandé à Rama Yade de réfléchir à une loi de modernisation des droits de l'Homme afin de mettre le texte vieilli de 1789 en adéquation avec les pratiques contemporaines des pays économiquement amis de la France.

C'est Adophe-Bénito Dubonchoix, bien connu de nos lecteurs, qui a été missionné pour constituer une commission devant formuler "des propositions concrètes" pour une réforme constitutionnelle qui permettra à plat la déclaration des droits de l'Homme.

D'ores et déjà, des sources bien désinformées proches de l'Elysée ont accepté de nous confier en exclusivité les grandes lignes de la future réforme qui permettra de faire entrer définitivement la Patrie des Droits de l'Homme dans le 21ème siècle.

L'introduction du texte de 1789 sera modifiée : "il n'y a plus lieu aujourd'hui de considérer que l'ignorance, l'oubli ou le mépris des droits de l'Homme sont les seules causes des malheurs publics alors que ceux-ci sont causés par les entraves archaïques imposées au développement harmonieux et mondialisé de l'économie de marché", analyse un proche de la commission Dubonchoix.

Le nouveau texte commencera donc ainsi : "Les Représentants de la France qui paie l'ISF, constitués en Commission, considérant que les entraves à l'économie de marché mondialisée sont les seules causes des malheurs des actionnaires, ont résolu de simplifier la déclaration dite des Droits de l'Homme pour permettre le meilleur développement possible du bonheur des nantis".

L'article 1 est déjà prêt : "Les salariés naissent égaux en devoirs vis-à-vis des actionnaires. Les distinctions sociales sont fondées sur le taux d'imposition marginal."

Le nouvel article 2 est lui aussi déjà rédigé : "Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'Homme. Ces droits sont la consommation, le salariat dans les conditions fixées par les actionnaires et la soumission à l'autorité patronale."

Adolphe-Bénito Dubonchoix nous indique que tous les articles n'ont pas encore été "simplifiés" aussi précisément et annonce un véritable débat d'idées "sur le fond" pour achever de revisiter les notions qui empêchent aujourd'hui une véritable mondialisation heureuse. Les nombreux articles qui évoquent la liberté pourraient ainsi être purement et simplement abrogés, puisque "la seule liberté qui importe est celle des actionnaires". Nicolas Sarkozy a demandé "la plus extrême exigence qualitative" à la commission Dubonchoix sur ce sujet.

La commission aura aussi à traiter des problèmes philosophiques, par exemple pour rénover les actuels articles 10 et 11 : "Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la Loi" et "La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi".

Adolphe-Bénito Dubonchoix a fait part au Président de la République de son scepticisme quant à l'utilité de ce type d'article qui ouvre, selon lui, une porte à la contestation dangereuse de l'idéologie libérale mondialisée.

Pour Nicolas Sarkozy, la liberté d'opinion religieuse est en effet "dangereuse pour l'ordre social" et va à l'encontre de sa volonté de "remettre à plat la laïcité à la française et de redonner aux Eglises (sans oublier l'Opus Dei, les Frères Musulmans, les Scientologues...) leur juste place, définie par lui-même et les actionnaires".

Plus radical encore, le président de la République se fait intransigeant quant à la suppression de l'article 11 : "il est exclu que l'on puisse parler, écrire ou imprimer librement, c'est beaucoup trop dangereux". Et d'ajouter que "même Paris Match a pu poser des problèmes de fiabilité dans le passé récent".

Les députés UMP ont manifesté leur "agacement" face à ce nouveau projet de révision constitutionnelle qui compromet un peu plus leur réélection en 2012.

Le parti socialiste a pour sa part souhaité ne pas répondre à nos questions, estimant que "on y verra plus clair après le congrès de 2011".

Fort de ces soutiens, Nicolas Sarkozy réfléchit déjà aux prochaines réformes : la suppression de l'enseignement de la philosophie, devenu obsolète puisqu'il sert à réfléchir, ainsi que de l'histoire, puisque "de toute façon, il n'y a eu que des nazes et des pauvres cons avant moi".

Partager cet article

Repost 0
Published by Tunisie mon pays! - dans monde
commenter cet article

commentaires