Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Tunisie mon pays!
  •  Vive la Tunisie Libre
  • Vive la Tunisie Libre

Recherche

Archives

9 juin 2008 1 09 /06 /juin /2008 19:39

Les conditions sociales précaires font sortir Marocains et Tunisiens dans la rue. Dans les deux pays, des manifestations ont été durement réprimées

Si des émeutes ont éclaté à la fin du mois de mai dernier dans la plus grande ville de l'ouest de l'Algérie [Oran] en signe de protestation contre la rétrogradation en division inférieure du club local de football, le Maroc et la Tunisie n'ont pas été non plus épargnés par ce phénomène de violence qui commence à prendre des proportions inquiétantes dans les trois pays du Maghreb.

Inconnues jusque-là du grand public, les localités de Redeyef, dans le sud-ouest de la Tunisie, et de Sidi Ifni, dans l'extrême sud du Maroc, se sont retrouvées sous les lampions en raison des violentes manifestations qui les ont secouées. Contrairement à l'Algérie, ce n'est pas le sport qui est derrière cette grosse colère ; ce sont les conditions sociales précaires qui ont fait sortir des citoyens tunisiens et marocains. Dans les deux cas, les manifestants ont donné libre cours à leur ire. Ils ne se sont pas privés de dénoncer les pratiques des administrations publiques que sont le favoritisme et la bureaucratie dans l'attribution des postes de travail – pour une fois qu'il y en avait. L'augmentation des prix de produits de première nécessité n'est certainement pas étrangère à cette expression de colère, laquelle a été, bien sûr, sévèrement réprimée par la force, ajoutant à la frustration générale. [En Tunisie, un jeune homme de 25 ans a été tué le 6 juin à Redeyef, lors d'affrontements survenus entre la police et les manifestants.]

Devant l'impossibilité de se faire entendre par les responsables concernés quand elles se sentent lésées dans leurs droits, sortir dans la rue est devenu l'unique moyen de protestation pour les masses populaires dans les pays du Maghreb, au risque de se faire matraquer par les forces de sécurité. Ce phénomène, qui prend de l'ampleur, donne une mauvaise image des régimes, notamment en direction de l'Occident, lequel est à l'affût des moindres signes de contestation populaire pour lancer ses mises en garde au nom des droits de l'homme.

http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=86427

Partager cet article

Repost 0
Published by Tunisie mon pays! - dans politique Tunisie
commenter cet article

commentaires