Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Tunisie mon pays!
  •  Vive la Tunisie Libre
  • Vive la Tunisie Libre

Recherche

Archives

12 juillet 2008 6 12 /07 /juillet /2008 13:19
Les tribulations d'un citoyen pris dans les tenailles de la fourrière
 


Nous avons reçu de la part de M. Hafedh BOUKTIF, habitant de la Ville de Tunis, un courrier dans lequel il nous parle de son expérience avec la fourrière. Voici le texte :

« Ces quelques lignes qui relatent une mésaventure que j'ai vécue, avec ma femme, le 7 juillet courant de 14 heures à 16 heures, en pleine canicule (44 degrés à l'ombre).

En raison d'un stationnement dans une zone interdite ( il s'agit d'un quartier qui est rarement visité par les services chargés d'"enlever" les voitures stationnées dans des endroits interdits: le quartier de Bab Lakoues), notre véhicule fût enlevé. Une première information émanant d'un agent municipal à l'arrondissement de Bab Souika nous indiqua qu'il faut se rendre à la "fourrière Ouled Haffouz". Arrivés sur place "l'agent d'accueil" nous indique que notre véhicule se trouve désormais à "la fourrière Mohamed V", car la "fourrière Ouled Haffouz" n'est pas sécurisée après 14 heures. En se rendant à "la fourrière Mohamed V", sous une chaleur torride et avec des nerfs "surchauffés", "on" constate que notre véhicule n'est pas là, et grâce à "la gentillesse" de l'agent sur place qui a utilisé sa radio d'appel, on nous indiqua que la voiture se trouve à la "Fourrière de la Kasba".

A la Kasba, et aprés avoir payé 30 Dinars, j'ai eu à constater que mon véhicule a été endommagé. J'ai dû user de beaucoup de mon sang froid pour "discuter" avec l'agent de permanence, qui m'informa qu'il n'est pas habilité à me fournir une attestation prouvant que mon véhicule a été endommagé, qu'il n'est que "receveur" et que son registre ne comporte pas de "rubrique pour les réclamations des clients", et il m'indiqua qu'il faut se rendre le lendemain aux services compétents de l'agence municipale de gestion à l'Avenue Mohammed V. Lorsque j'ai insisté pour avoir  un justificatif

prouvant les faits, car je redoutais à l'agence, le lendemain, un possible refus de réclamation,  l'agent concerné, un peu gêné , m'a dit " Nekhdmou Bel Kilma !!!" .

Les enseignements:

1) La Municipalité a tort de mépriser les citoyens en oubliant de leur indiquer exactement l'endroit ou leurs véhicules enlevés ont été amenés.

2) Les services municipaux de première ligne, ceux qui sont en contact avec les citoyens surtout en dehors des horaires administratifs, doivent être en mesure de répondre convenablement aux attentes et aux doléances des citoyens. des réponses telles que "nous n'avons pas d'imprimés pour réclamer une anomalie constatée sur un véhicule enlevé par les services municipaux", ou nous travaillons "Bil Kilma" sont INTOLÉRABLES, INJUSTIFIABLES et INACCEPTABLES.

Le seul service qui fonctionne normalement, avec  des procédures claires  et disponibles, c'est celui  du règlement des amendes.

Alors messieurs les responsables de la Municipalité (je vous rappelle que vous êtes des élus, ce qui suppose dévouement, engagement et altruisme)  un peu de respect et de considération aux citoyens. Ce n'est pas trop demandé. C'est votre devoir ».

Hafedh BOUKTIF
Habitant de la Ville de Tunis.

(Source : « Le Temps » (Quotidien – Tunis), le 9 juillet 2008)

Partager cet article

Repost 0
Published by Tunisie mon pays! - dans politique Tunisie
commenter cet article

commentaires