Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Tunisie mon pays!
  •  Vive la Tunisie Libre
  • Vive la Tunisie Libre

Recherche

Archives

19 octobre 2008 7 19 /10 /octobre /2008 19:01
A CONTRE COURANT:
 
La Marseillaise, la France et la Tunisie
 
Par Sami Ben Abdallah
www.samibenabdallah.com
 
Avant hier, je suis rentré du stade de France en colère. Qu’on perde 3 à 1, là n’est pas le problème. Mais l’équipe nationale a passé tout le match …à défendre. La Marseillaise a été sifflée. Entres supporters tunisiens de l’équipe nationale, nous étions plusieurs à respecter l’hymne français sauf une minorité qui l’a sifflé. Pourquoi ? ça suffit pas tout ce qu’on lit dans la presse occidentale à propos  des libertés et des droits de l’homme en Tunisie, pour qu’on soit désormais pointé du doigt pour ne pas avoir respecté l’hymne français. Vraiment y en a marre !
 
Comme le précise Le Figaro du 15/10/2008, à l’issue d’une réunion a à l’Elysée des « mesures radicales » ont été adoptées. En cas de huées, «le match sera immédiatement arrêté et les membres du gouvernement quitteront l’enceinte sportive » à prévenu Roselyne Bachelot. « Tous les matchs amicaux avec le pays concerné seront par ailleurs suspendu pour un délai qui reste à fixer ». François Fillon a haussé le ton en déclarant que « de tels sifflets étaient insultants pour la France et pour les joueurs ».Bernard Laporte, le peu politique secrétaire d’Etat au sport a proposé de « délocaliser ces matchs qui sentent un peu la poudre ».L’UMP, a déclaré dans un communiqué rendu public, «en sifflant les bleus, c’est aussi des jeunes français d’origine tunisienne ou algériennes qui sont sifflés. Quand on est adopté par un pays on respecte son hymne national ». Communiqué du PS : « même si les français d’origine tunisienne, et plus largement les maghrébins ou les français d’origine maghrébine (…), sont trop souvent victimes de discrimination et de harcèlement policier(…) il n’en demeure pas moins que la république, en dépit de ses promesses non tenues, n’est pas à humilier en sifflant son hymne ».Réaction du Parti Communiste français : « ces sifflets étaient « l’expression de gens « en souffrance » qui ne « se sentent pas bien chez nous ».
 
Je ne sais pas quoi penser par rapport à ce qui s’est passé dans le microcosme politico-médiatique français. Au lendemain du match ,Nicolas Sarkozy a réussi, à son habitude,  son plan médias.  Sarko est vraiment doué pour la com.
 

Des propos honteux  d’un Ministre de la « République »
 

Pour le Secrétaire d’Etat, M. Bernard Laporte qui a confirmé jeudi soir sur France 3 qu’il souhaitait « que les matchs de l'équipe de France contre des équipes du Maghreb ne se jouent plus à Paris". Et d’ajouter, « de  telle mesure permettrait d'avoir dans les stades « un public sain ». il faut oser dire les choses sans détours : la provocation, c’est une chose ! la dérive discourielle, c’en est une autre. De tels propos tenus par "un Ministre de la République"…sont honteux
 
Et Le Parisien qui organise un sondage presque téléphoné : Les sondés étaient invités à se prononcer face à 5 possibilités : : «  La Marseillaise, a été sifflé mardi soir au stade de France lors du match de football France-Tunisie, vous même, diriez-vous que vous êtes très choqué, plutôt choqué, plutôt pas choqué ou pas du tout choqué par ces sifflets ?. »
 
80% des français avaient répondu  qu’ils étaient choqués. Fallait-il s’attendre à d’autres réponses à un  sondage si démagogique ?
 

Pourtant, ce n’est pas la première fois que la Marseillaise est sifflée(AFP, du 15 octobre). "Le 11 mai 2002, le président Jacques Chirac avait quitté momentanément la tribune officielle du stade de France, la marseillaise ayant été sifflée par une partie du public, notamment les bastiais, avant le coup d’envoi de la finale de la coupe de France de football lorient-Bastia"
 

Ils sont... quoi ?
 
Je ne sais pas quoi penser de ceux qui ont sifflé la Marseillaise. Ils sont quoi ? Des Français à part entière ? Des Français d’origine tunisienne ? Des moitié- moitié ? Des Tunisiens français ou des Tunisiens en France?
 
Dans les trois premier cas, il s’agit de l’expression d’une certaine injustice due à  un certain échec de la politique d’intégration française depuis le calvaire qu’a vécut les Harkis algériens rapatriés en France, passant par l’instrumentalisation de la cause des « étrangers » par François Mitterrand et son SOS Racisme (touche pas à mon pote) pour finir avec Sarko,  et son ministère de l’identité française.
Moi, je n’ai qu’une réponse pour le dernier cas car j’en fais partie : je suis un Tunisien vivant en France, et à ce titre, je me considère comme un "invité" de la République, tenu de respecter l’hospitalité de mes hôtes..tant que ces derniers me respectent.
 
« Ici, on te respecte mieux que dans ton propre pays »
 
Il y a quelques années, je ne raisonnais pas de la sorte. J’étais connecté sur les thèses du racisme et de l’éternel  complot contre les arabes et les musulmans. Un fait divers a changé ma façon de voir les choses. Ayant eu un accrochage  verbal avec un « flic » français, je lui ai rappelé qu’il n’avait pas à me parler avec autant d’irrespect et, je lui avais rappelé les textes de lois. Après avoir relativisé la portée de l’accrochage,  il m’a lancé presque innocemment «  soyez le bienvenu en France et rappelez-vous qu’ici, en dépit du fait que vous n’êtes pas français… on vous traite mieux que dans votre pays. »
 

Cette phrase si dure m’avait marqué. A quoi bon fuir  vers la thèse du racisme, celle du complot ou de l’exclusion et de la discrimination. Par cohérence, si je devais m’en prendre aux racistes, je devrais aussi m’en prendre  à ces Tunisiens qui ne me respectent pas dans mon propre pays. Si je devais détailler les défaillances de l’administration française, je devais aussi détailler les défaillances de la majorité des représentations diplomatiques tunisiennes à l’étranger, en particulier en France : « que font-elles pour les Tunisiens ? ». Concrètement ?
 
Oui, le racisme...ça existe
 

On évoque souvent la racisme en France. Oui, en France la société bascule presque à droite. Y a qu’à voir le discours politique de l’UMP d’aujourd’hui, qui reprend les thématiques de l’extrême droite d’il y a quelques années. Y a qu’à voir le discours politique du PS, qui reprend les thématiques de la droite chiraquienne de 1995. Y a qu’à voir le discours politique du parti communiste qui reprend les thématiques du Parti Socialiste d’il y a quelques années. Oui du racisme, il y en a ! Mais en France, il y a une devise que la majorité des étrangers, du moins les Tunisiens et les Tunisiennes que je connais,  reconnaîtront : « ne soyez pas l’auteur d’incivilité, imposez le respect, suivez les lois… Non, pas besoin de se courber, On ne meurt pas de la fierté (Sur ce point, plusieurs Tunisiens et Tunisiennes doivent apprendre des Algériens  avec leur légendaire Nif) et vous serez respecté  dans la majorité des cas». Et en cas inverse, oui dénoncez le racisme, oui battez vous pour la justice mais par cohérence, en voulez aussi à vos représentations diplomatiques qui ne font rien ou presque pour que vous soyez respecté . On ne peut pas voir « la paille dans l’œil du voisin et ne pas voir la poutre dans le sien ».
 

Cette hypocrite intégration
 
Il y a aussi ce discours hypocrite de quelques médias. Quand vous êtes un Français d’origine étrangère qui réussit en  France, personne ne se rappellera de vos origines. Personne n’insiste sur les origines kabyle de Zidane, marocaines de Djamel ou de Gad Elmalih pour ne citer que ces quelques exemples. Nicolas Sarkozy est  d’origine hongroise. Pour les médias, ils sont « français ». Nulles parts n’est écrit : Zidane d’origine kabyle, Djamal ou Gad Elmalih d’origine marocaine ou Nicolas Sarkozy d’origine hongroise.
 
Mais une partie des médias ne se lassent pas d’insister ou de rappeler les origines  d’auteurs d’incivilités: « untel, français dont le père est Tunisien » ou « untel, français d’origine tunisienne ».
 
Se déterminer par rapport à un pays, un seul pays
 
Il y a aussi un autre point délicat qui mérite d’être évoqué, celui de toutes les lois  de la nationalité et de la politique d'intégration qui sont à revoir.  Oui on peut bénéficier de deux ou de trois nationalités, mais il faut se déterminer par rapport à pays. Un seul pays. Ou on est Français ou on est Tunisien ! On ne peut pas être Tunisien l’été car les plages tunisiennes sont irrésistibles et Français aux aéroports car la carte  de nationalité française nous évite les 15 minutes de queue qu’on aurait fait à défaut. On ne peut pas s’indigner car tel Tunisien est décédé suite à une bavure en France (et il faut dénoncer ces bavures) et fermer les yeux sur les bavures  qui se passent dans notre pays. On ne peut pas aussi voir tous les défauts en France et continuer à y vivre. La France n’est pas parfaite, il y a des dysfonctionnements, il y a des lois, il faut se battre pour avoir ses droits. Nous n’allons pas inventer l’eau chaude. D'autres minorités en France ont choisi ce chemin et,   se sont imposées.
 
Je le dis, car je suis un Tunisien en France et,  j’en ai marre que quand le métro parisien s’arrête pour  "colis suspect," la majorité des passagers se retournent vers des maghrébins pour dire presque en silence «c’est un arabe comme vous qui pourrait poser une bombe ». J’en ai marre que mes propres compatriotes soient pointés du doigt: « chez vous, on ne vous a pas appris à respecter l’hymne national ?». J’en ai marre de ceux qui passent le plus clair de leur temps à discourir sur le racisme, sur le double poids et double mesure d’une partie de la justice française…et qui s’éclipsent, disparaissent, quand vous leur dite : battons-nous pour que la France reconnaisse  la torture pratiquée en Tunisie du temps de la colonisation, battons-nous pour qu’une partie de la diplomatie française cesse  son double discours politique quand il s’agit de la Tunisie.Battons-nous pour que notre pays soit respecté, pour que le Tunisien en France soit respecté et qu’on change ces clichés que plusieurs français éprouvent en voyant des Tunisiens : Ils ne pourraient être que des « arabes du coin », des « boulangers », des « bouchers », des « restaurateurs de Kebab ». Un  Tunisien ? c’est « des papiers », « un mariage blanc », «  un couscous » ou « de la harissa » parmi tant d’autres clichés.Ceux des Tunisiens et des Tunisiennes, qui ne s’estiment pas concernés…devraient comprendre que personne ne peut exister en dehors de son peuple.
 
J’en ai marre de ces hypocrites qui se la jouent courageux et audacieux sur votre dos, aux lendemains de l’obtention de la nationalité française !C’est autant honteux pour le pouvoir que pour le Tunisien : Quel est ce patriotisme, au nom duquel,  pour être respecté dans son propre pays, il faut exhibez un papier français ?  C’est une honte pour la Tunisie... 50 ans après son indépendance.
 

J’en ai marre enfin, que plusieurs Tunisiens n’éprouvent aucun respect pour un pays dans lequel ils vivent, - je ne suis pas français- mais si une partie de la  France est colonisatrice, raciste, discriminatoire, il y a une autre cosmopolite, respectueuse des libertés et des lois. Y a qu’à se rappeler  tous ces français et françaises si accueillant, si chaleureux.
 
Des excuses ?
 
Des excuses ? moi je n’ai pas sifflé la marseillaise. Je n’ai pas à  en présenter.
Et que dire de tous ces discours politiques du mercredi et du jeudi ?
 
Une partie de la classe politique française est  en train d’exporter un problème intérieur en s’en  prenant sans distinction aux Tunisiens. Lors de France- Algérie et France-Maroc, la Marseillaise a été sifflée aussi. Il y a bien une crise des banlieues en France. Mais cela n’est-il pas un problème franco-français ? car ceux que les Français  désignent comme des « coupables »  sont des Français à part entière.
 
Outre la crise d’intégration sociale, il y a un fond politique à ces problèmes. Il y a auprès de plusieurs  Tunisiens,  les germes d’un sentiment anti-français. Car de plus en plus de Tunisiens et de Tunisiennes (ou ceux qui se considèrent comme tels), désespèrent du discours d’une partie de la diplomatie française. A tort ou à raison, ils trouvent hypocrite ce discours qui sacrifie  les libertés et les droits de l’homme au profit des intérêts économiques et des alliances de circonstances. Les Tunisiens ne sont pas des consommateurs de Peugeot, Renault ou de la "bonne main d'oeuvre". Cela  ne fait pas honneur à la France que nous aimons et nous respectons : la France des libertés et des droits de l’homme. Ces français là...doivent apprendre à respecter la Tunisie et les Tunisiens.
 
Et que dire de ceux que les français désignent comme étant «des français d’origine tunisienne » et que les tunisiens désignent comme «des tunisiens d’origine française »?
Dans la vie, comme en politique, on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre. On ne peut être Tunisien l’été et,  Français dans l’aéroport. Oui, on peut avoir deux cultures et, c’est une richesse. Mais à force de vouloir être « moitié-moitié », ils risquent  de devenir « ni-ni ».
 
On peut avoir la double, la triple nationalité mais on doit se déterminer par rapport à un pays. Un seul pays. Ou on est Tunisien ou on est Français. Dans le premier cas, on n’a pas à siffler l’hymne national d’un pays dans lequel on est des «invités de la République » tant que  cette dernière nous respecte et, dans le second cas, c’est une affaire franco-française qui n’intéresse nullement les Tunisiens.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Tunisie mon pays! - dans FRANCE
commenter cet article

commentaires