Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Tunisie mon pays!
  •  Vive la Tunisie Libre
  • Vive la Tunisie Libre

Recherche

Archives

3 janvier 2008 4 03 /01 /janvier /2008 18:04
Click pour zoomer la photo
En Tunisie, la vie sociale est encore très riche. Les hommes se retrouvent entre eux pour jouer, papoter, boire le thé ou fumer la chicha.
TOURISME
Visa pour l'autre Tunisie grâce à deux Nyonnais
Sa côte est l'image même du tourisme de masse. Mais il est possible de se balader en véhicule tout terrain en dehors des sentiers battus.
Aujourd'hui, se rendre en Tunisie est (presque) plus simple que d'aller à Zurich! Si l'avion est à l'heure, il suffit d'une heure et demie pour être à Tunis, deux heures pour être à Djerba. A Nyon, l'agence Bluvoyages en a fait sa destination phare. A sa tête, Rayan Abdennebi et Sébastien Gay. Le premier est originaire de Zarzis et a vécu une bonne partie de sa vie à Sidi Bou Saïd, près de Tunis. Le second cumule plus de douze ans d'expérience dans le tourisme et est maître formateur. Tous deux ont organisé récemment un voyage d'étude réservé aux agents de voyage. Ils en ont profité pour vérifier la qualité des prestations offertes dans les plus prestigieux hôtels de Djerba et Zarzis. Et ont surtout testé divers circuits en véhicules tout-terrain à travers le sud-ouest du pays: Tataouine, Matmata, Douz, Chott El Jerid, Ksar Gilan, autant de lieux qui chantent aux oreilles du voyageur.
Nous voulons faire connaître la «vraie» Tunisie, explique Rayan Abdennebi. Bien sûr, les beaux hôtels qui longent la côte est de Djerba attirent toujours la clientèle à la recherche de sable fin, de chaleur et de soleil. Mais emmener nos clients à l’intérieur des terres, leur permettre de mieux connaître la culture de ce pays fait partie de notre démarche.
Bluvoyage aimerait redorer le blason de la Tunisie

Ce pays souffre de sa renommée de tourisme de masse, de plages envahies par une clientèle qui vit en vase clos dans des hôtels de luxe. La Tunisie, ce n’est pas que ça.

L’offre demeure importante:40 000 lits répartis dans une centaine d’hôtels rien qu’à Djerba. Elle précède Sousse et Hammammet. Le tourisme génère 6,5 millions de dinars par an (environ 6,5 mios de francs suisses) dont 1,2 grâce à Djerba. Il y a vingt ans, l’île disposait de 8000 lits. Les Français représentent la moitié des hôtes. Ils sont suivis des Belges, des Italiens, puis des Tchèques. Les Suisses n’y viennent pas en nombre, mais ils disposent de moyens élevés. Une partie d’entre eux s’y rendent pour jouer au golf, les autres sont amateurs de thalassothérapie ou veulent profiter d’un séjour balnéaire.

En qualité de premier revenu du pays, le tourisme est évidemment l’objet de toutes les attentions. Les dirigeants ont réalisé qu’ils ne pouvaient continuer à développer la côte sans véritable contrôle de l’urbanisme. Des zones sont désormais totalement protégées, les hôtels ne peuvent dépasser la hauteur des palmiers. Quelques stations d’épuration commencent à fleurir ici ou là. Il en existe une à Djerba. Deux autres sont en cours d’études et devraient être réalisées à Zarzis. A elle trois, ces «steps» permettront d’absorber la totalité de l’offre hôtelière de la région, y compris les 20 000 lits supplémentaires prévus dans le plan d’urbanisme. L’Etat a mis aussi en place un programme qui encourage les jeunes à créer de petites sociétés de collectes de déchets. Cette action permet non seulement de nettoyer une partie du pays, mais aussi d’engager de jeunes chômeurs. Parmi les autres ressources de la Tunisie, citons son huile d’olive (60 millions de pieds d’oliviers, soit six par habitant), ses pêches, ses dattes, un peu de vin dans la région de Tunis, de l’orge et des lentilles dans le nord, sans oublier la chaleur de ses habitants.

Pour ceux que cette destination intéresse, la Tunisie sera l’hôte d’honneur du Salon Vacances, sports et loisirs 2008 qui aura lieu à Genève du 25 au 27 janvier.

Reportage réalisé par Dominique Suter

Partager cet article

Repost 0
Published by Tunisie mon pays! - dans politique Tunisie
commenter cet article

commentaires